Planifié ical Google outlook Devine qui vient diner Événement Connecting Pro People Historique Présentiel

Vous accueillir lors de notre événement “Devine qui vient dîner”, c’est pour Connecting Pro People, l’occasion de vous offrir, sous le haut parrainage de la Société HAWORTH, un moment de partage unique, des échanges de qualité et de convivialité avec des intervenants d’exception.

Fort du succès des “Devine Qui Vient Dîner” (sur les thèmes de l’automobile et de la musique), Connecting Pro People s’adresse aux dirigeants curieux et ouverts, d’entreprises de tailles et de secteurs divers.

Venez découvrir un univers,  échanger de bonnes pratiques et des expériences utiles pour vos entreprises, vous inspirer, partager un centre d’intérêt commun sur les nouvelles formes d’aménagement d’espace, le Design, l’Art de Vivre et l’Architecture de demain.

 

DEVINE QUI VIENT DÎNER

Autour du thème

« Pourquoi l’Art suscite-t-il un tel intérêt ? »

 

Jeudi 28 juin 2018
de 18h45 à 23h

Au FOUQUET’S Paris


99, Avenue des Champs-Elysées-75008 Paris.
Métro : Georges V -Voiturier – Parking Geoges V

PROGRAMME

18h30 : Arrivée des intervenants

18H45 :  Accueil des participants avec les Champagnes LOUISE BRISON servi par l’équipe la Clef des vins.

19h30 – Tous les intervenants et participants sont installés à leur table. Les intervenants ne changent pas de table. Les participants, pour la 1ere table, sont placés.

19H35 : Mot de bienvenue par Anne Sylvère

19H45 : Mot de Géraldine DOBEY, Directrice Générale, FOUQUET’S Paris qui nous accueille

20h00 – Début dîner

20h00 à 20h45 : 1er tour de table

20h50 à 21h35 : 2ème tour de table

21h40 à 22h25 : 3ème tour de table

22h30 à 23h00 : Espace réservé pour le café, au Bar Marta pour maximiser les rencontres ou poursuivre les échanges

Clôture : 23H00

RETOUR EN IMAGES

LIVRET DE L’EVENEMENT

TABLES ET INTERVENANTS-PRESENTATION

Table 1 

Comment l’Art peut-il favoriser l’innovation ?

Témoignages et échanges avec :

HUGUES FABRE,  VP Brand Strategy and Experience DS AUTOMOBILES

Riche d’un parcours au sein de différents groupes automobiles de renom, Hugues Fabre, directeur stratégie et expérience de DS Automobiles, a rejoint la marque à l’automne 2016. Sa mission, avec l’ensemble des équipes de DS, vise à établir la nouvelle marque française au cœur du marché mondial haut de gamme. L’ambition de DS Automobiles : incarner le savoir-faire français du luxe dans l’automobile.

Un projet audacieux à fort potentiel qui débute assurément avec le lancement de DS 7 CROSSBACK, le nouveau SUV selon DS, parfaite alliance de raffinement et de technologie. Un modèle telle une vitrine de l’excellence française qui associe belles matières, gestes artisanaux et innovations.

Conformément à sa signature de marque, DS Automobiles revendique « l’esprit d’avant-garde » ainsi que ses racines parisiennes qui sont deux composantes identitaires fortes. Ainsi Paris, berceau de la marque, et capitale mondiale de l’art et de la mode, de la gastronomie et de la culture, de l’élégance et de l’art de vivre à la française occupe une place privilégiée au cœur de la stratégie de DS Automobiles.

En matière d’art, DS Automobiles s’est, dès son lancement, associée au musée du Louvre avec lequel elle partage une même philosophie, celle d’allier héritage et modernité pour construire son avenir. Ainsi elle soutient le musée en étant mécène d’expositions ou en apportant sa contribution à des projets tel celui qui a permis d’améliorer les accès et les espaces d’accueil sous la Pyramide. Par ce qu’il est, ce qu’il incarne, son aura et son charisme qui le font rayonner à travers le monde, le Louvre est une source d’inspiration pour DS et un vecteur de communication inégalé. Une simple image d’un modèle DS à côté de la Pyramide raconte la marque, d’où elle vient, son audace et son esprit.

Autre lieu parisien cher à DS Automobiles, le DS WORLD PARIS, son flagship situé au cœur du triangle d’or au 33 de la rue François 1er. Il est à la fois un espace de vente, d’exposition et d’histoire qui fait la part belle aux modèles DS.

Lieu d’expérience, il est rythmé, tout au long de l’année, par une programmation artistique et culturelle. Il a notamment accueilli une exposition de photos inédites consacrées à Yves Saint Laurent ou encore, les pièces iconiques de la maison Fabre retraçant l’histoire de cette entreprise familiale de maîtres gantiers depuis 1924.

Autres collaborations artistiques tout à fait exceptionnelles dans le secteur automobile, celles de la marque DS avec des maisons de luxe de la haute-couture, de la maroquinerie ou encore de l’horlogerie. Ainsi la Maison Lesage, artisan brodeur qui travaille pour les plus grands couturiers, a réalisé des pièces de satin de soie plissées et brodées de perles et de cristaux pour habiller les intérieurs des portes du concept-car DS DIVINE; la Maison Moynat, maroquinier depuis 1849, a créé un étui porte-casque sur-mesure en veau naturel dans un coloris exclusif Terre de Sienne qui se marie parfaitement avec la carrosserie de DS E-TENSE – autre concept-car DS ; ou encore, l’horloger français B.R.M Chronographes qui a plusieurs reprises a créé des garde-temps exclusifs pour la marque DS telle la montre qui orne la planche de bord de DS 7 CROSSBACK. Plus inattendue, la participation de l’Atelier Maury, doreur et peintre hautement spécialisé, dans la personnalisation de DS 7 CROSSBACK Présidentiel, modèle unique, spécialement réalisé pour l’investiture du 25ème Président de la République Française.

Autant de collaborations qui viennent nourrir la créativité des équipes de design et enrichir les savoir-faire maison tel celui des maîtres selliers DS. Grâce à eux, un modèle DS ne ressemble à aucun autre. Par exemple, la signature lumineuse de DS 7 CROSSBACK est unique dans le monde de l’automobile avec des feux avant pourvus de modules LED lesquels, au-delà de leur performance d’éclairage, sont facettés comme des pièces de joaillerie. Autre réalisation, la confection au style bracelet de montre qui habille les sièges de cuir des modèles de la marque. Une finition spécialement créée par les artisans DS pour en faire une exclusivité.

Indéniablement l’art inspire, suscite, nourrit la créativité dans tous les domaines y compris chez DS Automobiles qui propose des modèles qui marient design d’avant-garde, raffinement dans les moindres détails et technologies avancées.

Anne COUZON CESCA Artiste plasticienne COLLECTIF 1.0.3

Anne Couzon Cesca, François et Arnaud Bernus sont les trois membres du collectif 1.0.3

Né en 2002, l’Hydre à trois têtes nommé Collectif 1.0.3, donne matière à sonder les représentations passées, présentes et futures dans un souffle commun.

C’est en définissant sa propre trajectoire assistée par ordinateur, que le monstre tricéphale a détecté la genèse de ses intentions.

Agissant à l’ère du numérique et non en tant qu’artiste numérique, le Collectif 1.0.3 privilégie les décalages de perception, les anachronismes, les hybridations inattendues.

Traducteurs des transformations qui opèrent dans leur environnement, les trois membres du collectif excluent toute production individuelle, se livrant, au cœur de leur pratique, à des dialogues très mouvementés.

L’instabilité du trio est donc productrice des formes qu’elle génère.

Leur démarche questionne une mise en relation entre une historicité des nouvelles technologies et une relecture de mythes anciens puisqu’il n’est pas étonnant aujourd’hui qu’un dieu grec, romain ou viking, resurgisse sous la forme d’une application ou d’un outillage dernier cri.

Cette sollicitation courante du passé fonde une culture contemporaine qu’il s’agit de rendre visible et d’étudier pour comprendre les mutations en cours.

S’il fallait réduire notre travail à une simple phrase nous pourrions dire  : 
Prendre la mesure d’un monde en pleine mutation, et s’affranchir d’une certaine fascination que les technologies génèrent, tout en les introduisant en tant que sujet d’étude”. 

 

Sujet

Comment aborder la révolution technologique en cours, et quelle place l’art occupe dans ce champ ?

Qu’on accepte de lui faire une place, ou que l’on se place loin de ses influences, les technologies ont besoin de représentations pour devenir des phénomènes assimilés par l’esprit.

Aucune activité humaine ne peut aujourd’hui s’abstraire de l’influence technologique.

Pour nous l’art aurait pour projet de remettre l’outil à sa place en repositionnant systématiquement la sensibilité de l’homme et son devenir au cœur du programme.

Julie CORNEVAUX Atelier Créatif Agence LILINK

Julie CORNEVAUX est artiste autodidacte, passionnée de l’influence de l’art dans la société et l’entreprise.

 

Elle insuffle sa créativité avec Karim Arezki, artiste et dirigeant de l’agence de conseil en communication Hors Cadre.

 

L’atelier créatif LILINK créé en collaboration s’articule autour d’une expérience unique de pure création.

 

LILINK relie les origines et la force de l’art pour apporter une plus-value à la stratégie et à l’innovation en entreprise.

 

Ils proposent aux équipes deux ateliers d’art collectif ayant du sens :

Créer un tableau collectif avec une approche inédite pour aller du soi vers l’autre. Réaliser une sculpture originale, être soi pour faire ensemble.

La créativité est un vecteur d’initiative, d’innovation et de performance au sein des équipes.

Elle apporte une amélioration du bien-être et de la productivité.

Elle invite les salariés à être force de proposition et libère la valeur ajoutée à toute action.

La créativité enrichit le développement de l’entreprise.

 

Quelques entreprises ont déjà fait l’expérience Lilink : MICROSOFT, CAISSE D’EPARGNE, SAGA INGENIERIE,…

Table II

l’Art et le Cerveau

Témoignages et échanges avec :

Bernard TROUDE  Docteur en Sciences de l’Art et philosophie, sociologue et artiste

Ingénieur généraliste/ Ingénieur Designer

Dr en Sciences de l’art et philosophie / Panthéon Sorbonne / Paris 1/ 2008

Chercheur en sciences de fin de vie (Paris)

Chercheur en plasticité du cerveau, Cognition 3

Sociologue  Descartes Paris V

Chercheur associé CEAQ Paris/Montpellier (Centre d’études de l’actuel et du Quotidien.)

Correspondant/ Chercheur de l’académie internationale d’éthique médicale. Descartes Paris V

Correspondant de la Sffem /Elsevier-Masson Éthique médicale Légale

Correspondant/Chercheur Laboratoire « Health & Palliative Care » / New York et  Symbiosis group Publisher, Normal, Chicago (Illinois)

Marc-Williams DEBONNO Chercheur en neurosciences, poète et essayiste

 

Chercheur en neurosciences, écrivain et Président-Fondateur de l’Association Plasticités Sciences Arts dont les objectifs sont d’ouvrir un champ de réflexion et d’action sur les rapports entre les sciences, les arts et les humanités, il est actuellement responsable d’un pôle Art & Science (CC91, TRASà et membre du comité de pilotage de la Diagonal Paris-Saclay, ces organismes ayant comme objectif de mutualiser les savoirs et les pratiques des champs artistiques et scientifiques en Ile de France et de mettre en place des actions transdisciplinaires regardant l’évolution de l’axe art, sciences et société sur le plan national et européen.

 

Sur le plan scientifique, outre des travaux en neurobiologie fondamentale et appliquée (Synaptogenèse, épilepsie, maladies neurodégénératives et sur la plasticité des systèmes vivants (échelles de perception et de cognition, épigénèse plasticité végétale, écosystèmes interactifs), il mène une recherche de fond sur le concept épistémologique de plasticité et à ce titre anime plusieurs groupes de recherche transdisciplinaire de plasticité humaine Plastir qui publie régulièrement des auteurs croisant les disciplines et s’inscrivant dans une perspective plastique postmoderne.

Patrick TOURNEBOEUF Membre co-fondateur du collectif de Photographes Tendance Floue

Né en1966, à Paris. 

Patrick Tourneboeuf photographie les hommes à travers leurs espaces, investis ou abandonnés. Sa démarche, résolument plastique et systématique, retrace la présence humaine, dans des lieux qui en sont a priori privés. Au milieu des années 90, il s’intéresse d’abord aux lieux communs de l’espace urbain. Avec « Périphérique », vision silencieuse du boulevard parisien, se dessine les débuts d’une recherche sur la suspension du temps. Le prétexte architectural sert d’invitation à regarder ce qui échappe, dans le flux tendu du quotidien. Un travail poursuivi dans  «Nulle part», pour lequel il s’arrête dans les stations balnéaires des côtes européennes libérées des estivants. Cette observation à distance, déconcertante, construit un discours critique en creux de l’usage des loisirs.

A partir 2003, il consacre une partie de son travail à la fixation des stigmates de l’Histoire.

Trois séries photographiques s’attachent aux lieux de construction d’une mémoire : « Cicatrice », sur les traces du mur de Berlin, « La mémoire du jour J », sur les plages du débarquement en Normandie, et « Stèles », sur les monuments aux morts de la Grande Guerre.

Une série de commandes d’institutions publiques dont le Grand Palais, le château de Versailles, les théâtres de Paris, déclenche, à partir des années 2000 le désir de rassembler, en une narration, son travail sur le patrimoine, complété par des travaux personnels, comme les Archives nationale. Cette recherche de plus d’une décennie produit « Monumental » qui fait apparaître une écriture sans nostalgie, à mi-chemin entre le documentaire et un questionnement sur les ambiguïtés de la représentation du réel.

Parallèlement à ce travail fondé sur la précision à la chambre photographique, il accumule une vaste série d’images aux antipodes formels de sa démarche habituelle. Nommées par lui « des petits riens », ces images forment une histoire intime, exploration de l’inconscient du photographe lui-même.

Table III 

Passion et curiosité

Témoignages et échanges avec :

Sylvain ALLIOD  Rédacteur en chef LA GAZETTE de DROUOT

Après des études de droit à Clermont-Ferrand et à l’EAC à Paris, une école privée formant aux métiers du marché de l’art, Sylvain Alliod a travaillé durant sept ans pour une étude parisienne de commissaire-priseur, Libert et Castor, avant de devenir en 2001 journaliste à La Gazette Drouot, titulaire de la rubrique « Adjugé à Paris ».  

Passionné par les arts décoratifs modernes et contemporains, il a par ailleurs écrit durant 15 ans des articles sur le design dans La Gazette et sur son marché pour des publications spécialisées.

Il est depuis deux ans rédacteur en chef de La Gazette Drouot et a mené une profonde restructuration éditoriale du titre.

Après avoir enseigné à l’EAC, il est depuis 2008 l’un des coordinateurs du Master II marché de l’art de l’École du Louvre.

 

Emmanuelle VIDAL DELAGNEAU Présidente ADEONA Membre de la Commission des Trésors Nationaux

 

Emmanuelle Vidal-Delagneau a fondé Adeona, société de gestion de patrimoine artistique et culturel, en 2011. Elle est également membre de la Commission des Trésors Nationaux, nommée en 2014 par le Ministre de la Culture, et ancien membre du Conseil des Ventes aux Enchères Publiques, nommée en 2009 par le Ministre de la Justice.

 

Elle dispose d’une triple formation en management, droit et histoire de l’art :  Diplôme de l’EMLYON Business School, Certificat de Leadership de l’INSEAD, Diplôme de Commissaire-priseur, Diplôme de la Royal Society of Arts (Londres), et licence d’histoire de l’art et archéologie de l’Université de Lyon.

 

Débutant sa carrière au Centre Georges Pompidou, elle devient ensuite responsable de la gestion des monuments au Centre des Monuments Nationaux. Elle rejoint la maison de vente internationale Christie’s à Londres en 1998 en tant que Directeur des Ventes Spéciales, puis, quatre ans plus tard, est nommée Commissaire-priseur et Directeur du Développement de Christie’s France, poste qu’elle occupe pendant une décennie. Au cours de sa carrière, elle a dirigé ou coordonné des ventes aux enchères parmi les plus prestigieuses, principalement en Europe et aux Etats-Unis, dont les Collections des barons Nathaniel et Albert von Rothschild, Akram Ojjeh, Riahi, baronne Batsheva de Rothschild, Charles Gillot, Palais abbatial de Royaumont et Souvenirs du Concorde.

Silvia GUERRA Commissaire d’exposition et Directrice Artistique de Lab’Bel BEL

Critique d’art et commissaire d’exposition, Silvia Guerra a fait ses études en Histoire de L’Art à Coimbra (Portugal) et à l’Università di Ca’ Foscari de Venise (Italie) à l’issue desquelles elle a pubié une thèse bilingue sur le thème des fondations en art contemporain : A Arte Contemporanea contada por duas fundaçoes culturais europeias : a Fundação de Serralves no Porto e a Fondazione Querini Stampalia em Veneza. (L’art Contemporain raconté à travers les exemples de deux fondations culturelles européennes : la Fondation de Serralves à Porto et la Fondation Querini Stampalia à Venise).

Sa pratique professionnelle débute en 2001 avec la coordination de l’équipe du Pavillon allemand de la Biennale de Venise avec l’artiste Gregor Schneider et son oeuvre “Totes Haus Ur”.

Après trois années en tant que Chargée de mission spécialisée en art contemporain au Bureau des Relations Internationales de l’Institut des Arts du Ministère de la Culture portugais, Silvia Guerra débute en 2006 une activité de curatrice qui débouchera sur les expositions Under Hitchcock (Solar, Vila do Conde, 2007), Les Sans Nom (Trafico, Lisboa, 2009) ou Lectures en Temps de Crise (Porto, Loulé, Lisbonne, Paris, 2009/ 2010). Dans ce dernier projet curatorial, Silvia Guerra soulevait la question de la manière d’exposer des idées plutôt que des œuvres, de remplacer les références théoriques du début du siècle par de nouvelles, telles que celles énoncées par Boris Groys ou Giorgio Agamben. Ses Lectures en Temps de Crise se sont tenues lors de séances au petit Cabanon de Porto, à Loulé dans le cadre de MobileHome commissarié par Nuno Faria et à Paris, au Bétonsalon (The Public School).

Au sein de son travail, Silvia Guerra interroge également la question de la créativité artistique du curateur et expérimente de nouvelles formes de monstration par le bais de nouveaux médias : réseaux sociaux (FlickR), supports USB pour favoriser la mobilité des expositions (Os Sem Nome), etc.

Silvia a été avec Laurent Fiévet, co-commissaire des expositions du Lab’Bel : REWIND et d’Art for Life / Art for Living respectivement organisées en 2010 et 2011.

 Je partagerai mon expérience au sein du Lab’Bel, un Fonds de Dotation Privé dédié à l’art contemporain, sa collection, ses activités en France et Europe, expositions et évènements.

Le lien établi avec une marque populaire, la Vache qui Rit et les artistes contemporains lors du projet Boîte Collector avec des artistes conceptuels comme Hans-Peter Feldmann, Jonathan Monk, Wim Delvoye ou Karin Sander. 

Table IV

Mise en œuvre d’une politique artistique

Témoignages et échanges avec :

Olivier IBANEZ Responsable Mécénat et partenariat Ministère de la Culture

 

Olivier Ibañez a déjà vécu plusieurs vies qui dessinent un parcours éclectique tout entier placé sous le signe de la culture et des arts, du sport, dans les secteurs privé et public. Passionné de sport dès son plus jeune âge, il suit un cursus sport-étude et devient sportif de haut niveau.

Au sein de l’équipe de France, il s’illustre dans les compétitions de pentathlon moderne sur tous les continents durant quinze ans (vainqueur de la coupe du monde 99, champion d’Europe, sélectionné olympique…).

Diplômé de Sciences Po Paris, il donne une inflexion à son

parcours en intégrant la Fondation Jean-Luc Lagardère où il développe une pratique importante des partenariats. Conseiller mécénat du Centre des monuments nationaux (CMN) puis responsable mécénat et partenariats au ministère de la Culture rue de Valois, il intervient dans l’élaboration, la conception, et la mise en oeuvre d’opérations stratégiques et créatives.

Son approche systémique du mécénat accompagne une volonté d’innover (pionnier du crowdfunding, oeuvre de l’artiste JR au Panthéon, totem digital..) au service de l’intérêt général et des porteurs de projet

Carole TOURNAY Présidente fondatrice ARTPRIMERA

 Carole Tournay, après avoir occupé des postes de Directrice de la communication et de Directrice du mécénat et des événements culturels au sein de la banque Neuflize OBC, a créé une agence de communication et d’événements par l’art, ArT Primera.

Elle nous exposera les différents moyens de mettre en œuvre une politique artistique au sein de l’entreprise à la fois porteuse de sens et vecteur d’image forte :

  • Constitution d’une collection
  • Commande d’œuvres
  • Résidences d’artistes
  • Production d’expositions in situ
  • Stratégie de mécénat artistique
  • Organisation d’événements à composante artistique
  • Cadeaux d’artistes

Luc HITZKE spécialiste des Fondations et Associations. Banque NEUFLIZE OBC

Luc HITZKE, Banquier Privé spécialiste des Fondations et Associations. 

J’ai commencé ma carrière à la Banque NEUFLIZE OBC il y 18 ans, d’abord comme banquier Corporate auprès d’entrepreneur. 

Aujourd’hui banquier privé, j’accompagne des clients privés, des familles et des entrepreneurs dans leur démarche philanthropique. 

Avec l’appui du département Conseil en Ingénierie Patrimoniale, nous intervenons en amont dans les réflexions de structurations et de choix des bonnes structures (fondation, fonds de dotation, fondation sous égide, etc.) et éventuellement le rapprochement avec d’autres structures existantes (fondations abritantes).   

Nous intervenons ensuite dans l’accompagnement bancaire tout au long de la vie des fondations pour la gestion d’actifs de leur dotation et leurs éventuels besoins de financements. 

Nous sommes en mesure de proposer des solutions de placement sur mesure, avec notamment une expertise ISR (Investissement Socialement Responsable). 

Au-delà du financier, nous sommes force de proposition au quotidien, avec un regard élargi sur l’optimisation patrimoniale comme par exemple les modes de détention d’un patrimoine immobilier ou la gestions des legs. 

REMERCIEMENTS A TOUS NOS PARTENAIRES

Fouquets
Haworth

Restons en contact !

Vous avez des questions sur cet événement, vous avez envie de rencontres inspirantes,
d’échanges bienveillants au sien d’un club atypique ou de transposer notre savoir faire au service de votre organisation ? 

8 + 1 =